Votre panier est vide
0
0
0
s2sdefault

 

Entrainement football : Analytique ou global : l'emergence du problème

Nous sommes « Lundi », une nouvelle semaine démarre et il est temps, pour nous éducateurs, de construire l’architecture de celle-ci en termes de contenus, de méthodes.... Le Blog Vestiaires est soumis aux mêmes problématiques… avec pour enjeux, comme pour vous en club, de garder une cohérence tout au long de la semaine et d’atteindre les objectifs fixés. Le Blog Vestiaires, la semaine du coach est un outil d’apprentissage connecté et donc, interactif. Vous en êtes aussi les acteurs par vos commentaires, vos partages… A mon niveau, la cohérence tiendra dans le fait de contextualiser l’article sur le thème hebdomadaire au jour de sa publication… La séance du lendemain de match ne ressemble pas à celle qui précède le prochain. Le Blog Vestiaires répond à la même logique !

Pour cette première semaine et donc, ce premier article du Blog Vestiaires, la semaine du coach, j’ouvre le débat sur la place et l’utilisation de l’Analytique et/ou du Global dans l’entraînement. Positionnement ferme pour l’un ou pour l’autre, association des deux… les avis divergent. Ce sujet anime aujourd’hui de nombreuses discussions entre techniciens au cours desquelles, les « vieux démons » ressurgissent régulièrement ! Pour mettre fin au débat ou servir de bouclier imperméable à ce qui pourrait être considéré comme quelque chose de nouveau, on entend souvent qu’un pianiste travaille tous les jours ses gammes, qu’on commence par le solfège et j’en passe… En face, on contre-attaque en rétorquant que le football est complexe et ne peut être abordé de manière dissociée ! En tant que représentant du magazine Vestiaires, il est de mon devoir de ne pas laisser les choses en l’état… Telle sera la nature de notre aventure commune cette semaine.

Méthode GlobaleDepuis le début des années 2000, la méthode globale est venue contester l’hégémonie du travail analytique au sein des clubs. Le Global a gagné du terrain au fur et à mesure des années, au rythme des différentes études et autres refontes des formations d’éducateurs… Phénomène de mode ? Méthode incontournable et révolutionnaire ? Nombreux sont les qualificatifs qui ont été attribués à cette méthode qui veut garder comme un Tout l’ensemble des éléments qui composent le jeu Football. Souvent associé au jeu spectaculaire du Barça et ses très bons joueurs, le Global est parfois considéré comme une marche un peu trop haute pour certains joueurs. Le Global pour les « bons » techniciens ? Je ne pense pas qu’il se limite à cela. Pour les éducateurs, la conversion à cette approche est une réelle défragmentation, comme l’appelait Richard BOILON, actuellement formateur au CREPS de VICHY, des représentations, des certitudes, notamment pour ceux formés avant le passage au troisième millénaire… L’éducateur, est-il un adepte du changement ? De son propre changement ? Pas certain, non plus…

Malgré cela, on a pu relever une évolution… partagée entre une volonté de mêler les deux approches pour certains et que du « Global » pour d’autres.

 

 

Vestiaires #60

En 2014, dans le numéro 60, Philippe MONTANIER, qui était directeur technique du Stade Rennais et qui a depuis rejoint la DTN, nous donnait son avis sur la place des 2 méthodes.

MONTANIER

 

Vous leur avez demandé paraît-il de faire davantage d’exercices techniques sous forme analytique. Pour quelles raisons ?

Le travail analytique, je l’ai découvert en effectuant mon stage de formateur à Hajduk Split. La Croatie venait de terminer 3ème du Mondial (1998, Ndlr) et je m’étais rendu compte que tous les sportifs de ce petit pays, qu’ils soient footballeurs, basketteurs ou tennismen, affichaient une vraie habileté technique ! Et puis ce n’était peut-être pas un hasard si ce club avait été espionné par l’Ajax dans les années 70… Je suis donc allé à Split, et j’ai découvert deux composantes essentielles : d’abord un gros travail analytique chez les 10-12 ans, avec notamment l’utilisation du mur, omniprésent, alterné avec du jeu libre et de la coordination motrice. Leur schéma était clair : d’abord la technique, et après seulement la tactique et le physique. Et ensuite, j’ai découvert qu’ils mettaient les meilleurs éducateurs avec les jeunes. J’ai vu Asanovic (65 sélections, passé en France par Metz, Cannes et Montpellier, Ndlr) entraîner en école de foot ! Quand il démontre un geste, ça change tout… 

Mais vous, vous réclamez encore du travail analytique en formation, voire en pro !

Oui et je vais vous expliquer pourquoi. Lorsque je fais des séances de centres, il y en a un sur quatre qui arrive ! Il n’y a pas comme un problème ? Et c’est pareil dans tous les clubs français, croyez-moi. Alors que faut-il faire pour qu’un joueur s’améliore dans ce domaine ? Un jeu au cours duquel il va effectuer deux ou trois centres ou un exercice lui permettant d’en répéter 50 ? 

La progression, c’est la répétition…

Oui, mais on a besoin aussi du global. La vérité se situe dans l’alternance de ces deux approches, même si en pro, il y aura un peu plus de global, c’est sûr. J’ai eu la chance d’en discuter avec José Mourinho, que j’apprécie, et qui a eu la gentillesse l’année dernière de m’accueillir quelques jours. Il en est totalement convaincu. Au piano, les plus grands maestros répètent leurs gammes deux heures par jour, ils ne jouent pas sans arrêt des symphonies ! 

Quand placez-vous ce travail analytique dans vos séances ?

A la fin ou bien durant l’échauffement. Cette saison, on a fait installer une rambarde en bois de façon à ce que les joueurs puissent l’utiliser comme un mur. Pas plus tard que ce matin, on s’est échauffés dessus, à base de passes, contrôles intérieur, extérieur…

 

LA SPINA

Vestiaires #57

 

 

 

Toujours en 2014, dans le numéro 57, Patrick LA SPINA, ambassadeur de la marque COERVER, nous livrait les secrets de la méthode du même nom.

La méthode Coerver se situe à mi-chemin entre l'approche analytique et globale… Or, certains ne font que du global et obtiennent d'excellents résultats. Qu'est-ce que cela veut dire d'après vous ? Qu'il n'y a pas une recette qui fonctionne, mais plusieurs ?

Moi, je ne réfléchis pas en termes d'équipe et de résultat, mais en termes de joueur et de progression. Le global, c'est très bien. Une grosse partie de nos séances l'utilisent, nous démarrons le plus souvent par du jeu. Mais la question que nous nous posons, c'est : comment peut-on continuer à développer le joueur pour qu'il soit encore meilleur dans le global ? Avec Coerver, la notion qui est importante à retenir, c'est apprendre à jouer au football. On ne joue pas et on apprend, on apprend à jouer et on joue. Ce n'est pas la même chose.

Chez COERVER, l’approche serait donc la conséquence du processus pédagogique qui veut qu’« on apprend à jouer et on joue ». On peut tout de même se questionner sur le transfert du geste technique appris dans une situation de jeu beaucoup plus complexe sous pression d’adversaires, d’espace et de temps… Et, « jouer » se limite-t-il à avoir le ballon ? Notez bien que cette question ne concerne pas que l’aspect défensif ! Enfin, une dernière interrogation demeure : n’apprend-on pas à jouer au football en s’entrainant comme on joue au football, c’est à dire avec tous les indicateurs du jeu et notamment, la présence active d'adversaires ? 

 

Vestiaires #43Dans le même esprit que COERVER et plus tôt encore, en 2012, dans le numéro 43, Yves DEBONNAIRE, responsable de la formation des éducateurs suisses et actuellement, sélectionneur M18, nous décrivait la méthode GAG (Global – Analytique – Global).

DEBONNAIRE"Le premier "G" vaut pour la notion de travail "Global". Après une mise en train, il s’agit dans les faits de commencer la séance par un jeu. La nature de ce dernier est bien souvent en lien avec un constat de jeu - exemple : "mon équipe ne marque presque pas de but alors que nous avons le ballon la majorité du temps" - ou avec la problématique de la semaine abordée dans le cadre d'une planification annuelle. Cette première partie vise donc à poser le thème de la séance par le jeu. Ensuite, le "A" fait référence au travail "Analytique". Il s’agit bien souvent d’exercices destinés à améliorer un aspect spécifique de technique individuelle. La pédagogie se veut plus directive et centrée sur des éléments très concrets. En reprenant l'exemple cité en amont ("mon équipe ne marque presque pas de but alors que nous avons le ballon la majorité du temps"), nous pouvons imaginer une séance de frappes. Les corrections porteront alors sur des éléments techniques tels que la surface de frappe, le pied d’appui, l’équilibrage des bras, etc… L’essentiel étant que la mise en place et le choix des exercices autorisent la progression par la répétition. Enfin, le deuxième "G" nous ramène à l'approche "Global". Cette partie doit avoir pour vocation de remettre les joueurs dans la complexité du jeu afin de constater s’il y a progression. Ou plus exactement pour évaluer l’aptitude des joueurs à réinvestir les apprentissages dans le jeu. Dans l’exemple que nous avons choisi, il s’agira alors d’observer si les joueurs parviennent à se retrouver en situations de tir, s’ils prennent leur chance et enfin de constater s’ils sont efficaces dans cet aspect technique. Ce deuxième volet "global" traité, je suis partisan de toujours conserver en toute fin de séance une partie totalement libre au cours de laquelle l’éducateur limitera ses interventions et ses remarques afin que les joueurs retrouvent une certaine forme de liberté. En résumé, je crois que l’approche GAG apparaît simple et cohérente. Tant pour les joueurs que pour les éducateurs."

La méthode GAG, tout comme la méthode COERVER, crée du lien entre le geste technique et le thème tactique travaillé. De plus, dans les 2 cas, les compétences tactiques sont développées sous forme globale et les habiletés techniques sont, elles, travaillées sous forme analytique. Ceci reviendrait-il à dire qu’en fonction de ce qu’on souhaite travailler, on adopte l’une ou l’autre ? L’intelligence de jeu en Global ? La technique en Analytique ? C’est une solution mais est-ce la seule ? Et surtout, est-ce la plus efficace ?

Vestiaires #78

 

Dans le numéro 78 du magazine, le tout nouveau DTN, Hubert FOURNIER répondait aux questions de Vestiaires et nous livrait les futures orientations de la Direction Technique Nationale.

FOURNIERComment allez-vous déterminer cette "marque de fabrique" (des équipes de France de jeunes, ndlr) ? Sera-t-elle liée directement à votre sensibilité de technicien ou au contexte ?

Il y a plusieurs facteurs. Le ressenti personnel bien sûr, mais aussi la prise en compte de celui des entraîneurs nationaux qui vont être en charge de ces équipes, sans oublier la philosophie du sélectionneur des A puisque, in fine, c’est pour lui qu’on travaille. Tout cela doit nous amener à ressortir un projet de jeu commun. Une réflexion que nous allons mener cette saison avec Philippe (Montanier, ndlr) dans le but de mettre en place, à terme, ce fameux fil conducteur. Mais cela mettra un peu de temps. 

Un projet qui passe aussi par le profil des joueurs recherchés…

Bien sûr ! Dès lors qu’on va toucher au projet de jeu, les critères de sélection vont forcément être impactés.

De même que la façon de travailler dans les centres de formation ?

Ce que je souhaite, c’est qu’on remette l’accent, dans nos clubs, sur un travail technique de type analytique. Pourquoi ? Parce qu’on constate des manques dans l’élite sur le plan individuel. Il y a quelques années en arrière, on était axé uniquement sur le joueur, puis totalement sur le jeu, la méthode globale, mais là encore de manière excessive à mon sens. Aujourd’hui, il convient de retrouver un juste équilibre entre les deux : développer la technique individuelle au service du jeu. Sans ça, on aura des garçons qui afficheront des manques au niveau de l’exécution de certains gestes techniques, qui pèseront sur la qualité du projet de jeu. 

La notion d’équipier va demeurer importante à vos yeux ?

Essentielle. Travailler sur le développement technique individuel, ce n'est pas encourager une approche individualiste. Dans la formation et l’éducation du footballeur, le collectif doit conserver sa place fondamentale. C’est quelque chose que l’on voit déjà poindre aujourd’hui grâce aux bienfaits de la méthode globale ces dernières années, à laquelle on va donc essayer d’adjoindre dorénavant plus de qualité technique, car les déficiences sont assez criardes chez certains, je le répète, y compris au haut niveau.

 

Une fois de plus, l’association « Global et Analytique » ressort comme étant la bonne formule ! Sans abandonner la méthode globale, le nouveau DTN souhaite clairement (re)donner de l’importance et de la place au travail technique et donc, en cascade, à l’Analytique. Ce dernier volerait au secours de la réalisation des bons choix tactiques ! Mais est-ce réellement un problème d’approche de l’entrainement ? Ne faudrait-il pas aller encore plus loin ?

Dans la pratique, on s’aperçoit que la méthode d’entrainement adoptée dépend de ce qui est travaillé… L’équilibre entre le travail technique analytique et le travail tactique global tend à être à nouveau bouleversé, on reviendrait à plus d’Analytique ! Un pas en arrière ? Une régulation légitime ?

Autant de questions qui restent sans réponse ! Une étude plus approfondie s’impose et ensemble, nous devons explorer cela dès demain… 

 

Pierre Sage - Expert Blog Vestiaires, la semaine du coachAuteur : Pierre SAGE
L’expert Blog Vestiaires, la semaine du coach
Twitter : @Pierre__Sage

Commentaires (23)

This comment was minimized by the moderator on the site

Bonjour à vous 2 et merci pour vos commentaires. La semaine sera longue et pleine d'enseignements... restez connectés !

This comment was minimized by the moderator on the site

Il me semble que le débat analytique / global est un peu le serpent qui se mord la queue . Peut on jouer du piano sans répéter ses gammes ? Non . Pour autant aligner ses gammes ne fera pas forcement un grand pianiste. Un joueur qui n'a pas de...

Il me semble que le débat analytique / global est un peu le serpent qui se mord la queue . Peut on jouer du piano sans répéter ses gammes ? Non . Pour autant aligner ses gammes ne fera pas forcement un grand pianiste. Un joueur qui n'a pas de technique aura du mal à jouer au football . mais un bon technicien qui ne comprend pas le jeu n'ira pas loin. Il me semble que ce qui est vraiment en question c'est la méthodologie d'entraînement . Rester sur celles dans laquelle tout le monde est formé en France ou aller vers d'autres méthodologies comme celle de la Périodisation Tactique telle que la pratique Mourinho et d'autres.
Une méthodologie où le modèle de jeu est la référence et ou les exercices aussi bien analytiques que globaux servent au travers d'une supra-dimension tactique l'ensemble des dimensions du football. Faire de l'analytique devient alors beaucoup plus agréable parce qu'intégré dans une dimension tactique (individuelle) portant vers la dimension de tactique collective .

Lire la suite
This comment was minimized by the moderator on the site

Tout à été dit dans les interventions des spécialistes en ne négligeant aucun aspect entre le global et l'analytique.
En tant que joueur, il est évident que j'ai besoin de répéter constamment des gestes simples ou complexes au fil des séances ou...

Tout à été dit dans les interventions des spécialistes en ne négligeant aucun aspect entre le global et l'analytique.
En tant que joueur, il est évident que j'ai besoin de répéter constamment des gestes simples ou complexes au fil des séances ou semaines.

Par la suite, au coach de mettre de l'adaptatif avec une pression progressive et raisonnée de joueurs ou de temps afin de voir si l’exécution de mon geste est toujours cohérente.

il est évident que je serai plus productif par la suite.
s'il n'y avait pas d'analytique dans la répétition de gestes, est ce que Juninho serait Juninho ? pourquoi les gardiens font autant de répétitions de gestes et toujours les mêmes en plus.

Lire la suite
Aucun commentaire, pour le moment, pour cet article

Ajouter vos commentaires

  1. Pour poster un commentaire il faut vous inscrire ou vous connecter avec vos identifiants.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
Une revue technique de 84 pages / 2 mois
Un accès illimité à notre base d'exercices
- 20 % sur les produits de la boutique
Newsletters Vestiaires et partenaires
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie