Votre panier est vide
0
0
0
s2sdefault

L’action se déroule à la 22ème minute du match entre O.Marseille et AS Monaco et n’a  rien d’exceptionnelle. Elle nous servira du moins d’exemple pour illustrer le propos. De quoi s’agit-il ? D’un simple changement d’aile effectué par K.Glik situé alors à 5 mètres de la ligne de touche à droite et qui parvient à trouver son milieu de terrain à l’opposé (Ballo-Touré) collé le long de la ligne de touche à gauche (voir capture d’écran). Pas vraiment une transversale si l’on se fie à la terminologie DTN* mais une bien belle passe tout de même. Les commentateurs de Canal + apprécient. Et on ne se risquera certainement à prétendre le contraire puisque la passe frappée de 60 mètres trouve son destinataire. Toutefois deux remarques peuvent sans doute être formulées.

La première concerne la continuité de l’action. En effet, suite à cette passe et à la prise de balle de Bello Touré, celui-ci remet le ballon en retrait à un partenaire et l’action se poursuit selon les modalités classiques d’une conservation de balle. Conservation de balle qui ne débouchera sur rien de concret d’ailleurs. Rien de très surprenant puisque si on n’y regarde de plus près la passe en elle-même n’a crée aucun décalage, passé aucune ligne, ni éliminé aucun joueur. Tant qu’on peut même se poser la question de l’intérêt de celle-ci. En effet, le temps que le ballon arrive à Bello-Touré, les 3 milieux de terrain marseillais (Strootman, Sanson, Lopes) ainsi que l’attaquant (Thauvin) se sont replacés. Résultat des courses ? Au moment où le monégasque récupère le cuir, 7 adversaires + le gardien s’interposent entre lui et la ligne de but. D’où la passe en retrait. Si l’on se place sous le seul rapport numérique, Glik aurait sans doute eu meilleur compte à adresser une passe à son partenaire (Heinrichs) situé sur sa droite à 15 mètres devant lui puisque celle-ci, quoique moins spectaculaire, aurait éliminé toute la ligne du milieu de terrain ou du moins aurait obligé les 3 marseillais du milieu de terrain à produire un effort important pour se replacer entre le nouveau porteur de balle et leur ligne de but. À ce titre, on est donc en droit de se demander si cette passe qui a fait se pâmer les commentateurs était si bien jouée que ça.

La deuxième remarque a trait au phénomène de mimétisme voulant que chaque week end les footballeurs amateurs s’inspirent tout naturellement du jeu pratiqué par leurs homologues professionnels. Un réflexe dont il faut parfois se méfier dès lors qu’il ne prend pas en compte le contexte et les habiletés techniques des uns par rapport aux autres. Si l’on revient à cette action précise, tous les entraîneurs auront identifié le thème « fixer pour renverser ». Un classique du genre et qui, lorsque l’action va à son terme ou en tout cas débouche sur un centre ou un tir, donne au coach le sentiment qu’il a sacrément bien fait son boulot durant la semaine. Et c’est ici qu’il faut repréciser : « lorsque l’action va à son terme ». C'est-à-dire pas souvent. Ce qui ne serait pas grave en soi si deux fois sur trois, pour ne pas dire dans 90 % des cas, l’action ne se retournait contre l’équipe. Sans vouloir tomber dans des raccourcis sommaires, on peut tout de même se poser une question bien simple : que se passe-t-il lorsque la grande majorité des joueurs amateurs régionaux ou départementaux se risquent à effectuer une passe au-delà de 40 mètres dans la largeur du terrain ? Réponse : l’arrière latéral récupère bien plus souvent le ballon que l’attaquant à qui la passe est initialement destinée. Ainsi, dans le cas présent, si Bouna Sarr avait pu intercepter la passe et relancer sur un des trois de devant dans la foulée, 5 ou 6 joueurs monégasques auraient été éliminés instantanément (voir schéma). On doit donc féliciter Glik pour la qualité de son jeu long mais, si on rapporte la chose au niveau amateur, s’interroger sur la rentabilité d’une passe qui la plupart du temps ne rapporte pas grand-chose tout en présentant des risques très considérables de contre-attaques adverses.

Pour autant, il ne faut certes pas prétendre que l’action de fixer d’un côté avant de renverser ne doit pas s’appliquer dans le football amateur. Simplement il me parait que celle-ci-ci doit répondre à quelques éléments préalables pour trouver sa pleine mesure et sa légitimité à certains niveaux de pratique. Ce que nous verrons dans le prochain post avec les exercices, les jeux et les situations attenantes si vous le voulez bien…

Olivier Goutard

  • · La définition DTN de la transversale veut en effet que l’on conduise le ballon dans un sens avant de chercher un joueur à l’opposé. Ici, Glik aurait donc dû conduire le ballon vers la ligne de touche au préalable avant d’effectuer sa passe pour coller parfaitement à la terminologie.

Commentaires (0)

Aucun commentaire, pour le moment, pour cet article

Ajouter vos commentaires

  1. Pour poster un commentaire il faut vous inscrire ou vous connecter avec vos identifiants.
Pièces jointes (0 / 3)
Share Your Location
ETRE ABONNE A VESTIAIRES, C'EST :
- Une revue technique de 84 pages / 2 mois
- Un accès illimité à notre base d'exercices
- - 20 % sur les produits de la boutique
- Une invitation aux ateliers Vestiaires
- Newsletter hebdomadaire en lien avec le BLOG
06numeros sitevestiaires copie 12numeros sitevestiaires copie
Etre abonné à Vestiaires, c'est :
  • Une revue technique de 84 pages / 2 mois
  • Un accès illimité à notre base d'exercices
  • - 20 % sur la boutique toute l'année
  • Une invitation prioritaire aux ateliers
  • Une lettre d'info technique chaque lundi
vestiaires magazine abonnement 6 numéros 12numeros sitevestiaires copie liberte sitevestiaires copie
     

Bonjour,

Pensez à vous inscrire
pour recevoir notre newsletter